La relation thérapeutique. Sophie COHEN

4 months ago by in Marseille - Institut Hypnotim, Revue Tagged: , ,

Chères lectrices et chers lecteurs,

Nous savons tous que la thématique de la relation thérapeutique est centrale, et même majeure. C’est la raison de ce Hors-Série de la revue « HYPNOSE & Thérapies Brèves ».

Julien Betbèze est le rédacteur invité pour ce numéro. Il a coordonné avec brio les contributions des quinze auteurs qui ouvrent des pistes de réponses à ces questions centrales : « Qu’est-ce qui soigne dans la relation ? » ; « en quoi les approches hypnotiques et la communication hypnotique ont quelque chose de particulier ? » ; « comment établir la relation thérapeutique, qu’est-ce qui la permet ? » ; « peut-on la consolider ? » ; « est-elle unique ? » ; « est-ce la collaboration chaleureuse entre le patient et le thérapeute (quel que soit son champ professionnel) qui est déterminante ? »…

Certains affirment qu’aucune thérapie n’est possible sans alliance thérapeutique…Si tous les auteurs s’accordent sur la centralité de cette notion, chacun amène un éclairage susceptible de nous pousser à peaufiner nos pratiques habituelles et à questionner nos certitudes. Nous savons tous que l’empathie est essentielle dans la relation thérapeutique. En quoi l’est-elle ?… Comment se construit-elle ?…

Les quinze articles nous apportent différents éclairages sur cette thématique. Certains auteurs fileront la métaphore de la danse, d’autres en appelleront à un mythe grec, et encore bien d’autres choses…Ils questionnent à la fois nos pratiques habituelles et amènent des réponses. Certains mettent l’accent sur l’accordage non verbal de la relation. C’est le corps qui entre en relation. C’est la présence du « thérapeute accordeur »,nous dit Jean-Marc Benhaiem. Dans nos approches dites brèves, l’accord entre le patient et le thérapeute sur les objectifs thérapeutiques concrets et réalisables est propice à déclencher des attentes positives chez les patients. Ces attentes, parce qu’elles permettent aux patients de s’imaginer un avenir différent, ont un impact naturellement très important sur le ressenti douloureux, dépressif, relationnel. Certains articles insistent sur l’importance de l’autohypnose du thérapeute dans le processus relationnel, sur son désir que le patient aille mieux. Comme l’écrit Julien Betbeze : Le paradoxe de la relation en hypnose est d’amener le sujet à accéder librement à sa propre singularité. Alors, bonne découverte à chacun…

 

SOPHIE COHEN

Psychologue, pratique l’hypnose depuis plus de vingt ans.Responsable pédagogique Hypnotim. Institut de formation basé à Marseille. Intervenante dans de nombreux instituts en France et en Suisse. Rédactrice-en-chef de la revue « HYPNOSE & Thérapies Brèves ».

Pour vous abonner à la Revue

Marion CHERVY

Journaliste web spécialisée dans le domaine de la santé, en hypnose et thérapies brèves.

Google+